Girls-Ping

Girls-Ping4ème weekend Girls-Ping à Macolin

À la mi-février, 25 filles se sont retrouvées pour une formation commune de Girls-Ping à Macolin. Sous la devise "Préparation pour le Top 8" qui a eu lieu une semaine plus tard, de nombreux exercices réguliers ont été pratiqués pour stimuler le jeu de jambes et gagner en confiance.

 

Texte et photos: Nina Gutknecht

 

Bien que ce week-end ait eu pour but de préparer certaines des participantes au prochain Top 8, les objectifs principaux des week-ends de Girls-Ping sont toujours les mêmes : les filles doivent s'amuser pendant les formations et apprendre à se connaître. "À mon avis, rien ne rend l'entraînement des filles plus intensif qu'une bonne atmosphère motivante entre elles", déclare Nina Gutknecht, l'initiatrice et organisatrice du Girls-Ping. Malgré la bonne ambiance, la formation s'est déroulée de manière assidue. Au total, 5 unités d’entraînement étaient au programme : le jeu de jambes, la préparation au changement coup droit/revers, la poussette, la coordination et le service ont donc été travaillés. "Beaucoup de filles n'ont pas l'habitude de s'entraîner autant et aussi intensément. Néanmoins, elles ont toutes donné le maximum jusqu'à la fin. C'était très bien", dit Sonja Wicki, qui était présente comme sparring-partner dimanche.

 

Girls-Ping

 

Apprendre grâce aux meilleures

Comme le Top 16 européen avait eu lieu à Montreux une semaine avant le camp, Nina a profité de l'occasion pour intégrer le sujet des meilleures joueuses européennes dans le programme du weekend Girls-Ping. « Beaucoup de filles n'ont aucune idée de qui sont les meilleur(e)s joueurs et joueuses de tennis de table en Europe. Lorsque vous les interrogez sur les modèles, le nom de Roger Federer est souvent mentionné. Nous avons fait différentes activités avec les noms et les photos des 16 meilleur(e)s joueurs et joueuses pour que les filles puissent voir qui est présent à ce niveau. »

 

Les mimes pour surmonter la barrière de la langue

Il est très réjouissant de voir qu'une dizaine de jeunes filles de Genève aient également été présentes ce week-end. L'AGTT avait reporté un week-end de formation prévu de longue date afin que les filles de Genève puissent également venir à Macolin pour s'entraîner avec les Suisses-alémaniques. Un très beau geste !

 

Pour les entraîneurs, il était très important qu'il n'y ait pas deux groupes pendant tout le week-end, avec la Suisse romande d’un côté et la Suisse alémanique de l’autre. Un certain mélange était préconisé. Un jeu de mime devait donc aider à surmonter la barrière de la langue. Il fallait d'abord raconter une caractéristique typique de soi-même dans un petit groupe de quatre personnes, puis mimer brièvement les quatre caractéristiques ensemble. « Au début, tout le monde était très timide et réservé, mais avec le temps, ils ont trouvé un moyen de communiquer ensemble et il y a eu beaucoup de rires. En fin de compte, le jeu de mime a été le plus gros problème pour certains, car ils trouvaient gênant de jouer devant les autres. Mais ce n'était pas l’aspect le plus important, car l'objectif principal avait déjà été atteint par la préparation et l'échange commun. De plus, elles ont pu rire de nous, les entraîneurs, parce que nous avons tous joué le jeu également. Parfois, il faut aussi se mouiller, hihi. »

 

Girls-Ping

 

Souvenirs d’autrefois

Avec Rahel Aschwanden, Rijana Zumbrunnen, Sonja Wicki et Debora Alimpinisis-Hofer, Nina a pu compter sur de nombreuses collaboratrices qui ont travaillé dur. Elle est extrêmement heureuse de recevoir encore et toujours autant de soutien de leur part et sait que sans celui-ci, il ne serait guère possible d'offrir autant de variété aux filles. Mais, pour ces personnes, ce n'est pas seulement un impératif. « Des week-ends comme celui-ci me rappellent toujours mes propres camps dans le passé, durant lesquels j'ai passé de nombreuses heures merveilleuses avec Rahel et d'autres personnes amusantes. A l’époque déjà, j'aimais aller aux camps et je trouve que c'est génial d'y être encore aujourd'hui », dit Rijana avec un large sourire. Pour Rahel, c'est aussi agréable d'être présente de temps en temps : « Je pense que c'est génial quand des filles de toute la Suisse se retrouvent et qu'on peut voir comment elles s'amusent ensemble à la table et en dehors. Bien sûr, je suis heureuse de soutenir cela. »

 

Nina Gutknecht & Rijana Zumbrunnen aux CS Elite 2020 / Credit: René Zwald

 

Le prochain weekend Girls-Ping aura lieu durant l’été 2020. La date exacte suivra.

 

 

Autres articles dans cette édition:

CS Elite 2020 Hommes

CS Elite 2020 Femmes

Entraînement: le jeu au coude (2ème partie)

Information officielle STT: Coronavirus

Very Bad Ping: aller-retour

Vidéo du mois